Le secteur financier face à ses défis de recrutement

Le secteur financier est aujourd’hui sous pression. Comme le soulignent Alexandre Jacobs et Anthony Weemaels, Managing Partners chez Asquare, ceci impacte fortement la politique de recrutement.

Anthony Weemaels et Alexandre Jacobs, Managing Partners chez Asquare Partners.

 

À quels défis le secteur est-il confronté aujourd’hui ?

Alexandre Jacobs :  «  La pénurie de certains talents est le premier. Ceci peut avoir un impact important sur la réalisation des objectifs des entreprises. Ensuite, les budgets pour le recru-tement sont revus à la baisse chaque année. »

 

Avec quelles conséquences ?

A. J. : « Les départements RH des institu-tions financières essayent d’internaliser une partie du recrutement. Toutefois, quand ils travaillent avec un chasseur de tête, ils recherchent bien plus qu’un livreur de CV : ils veulent des recruteurs avec des connaissances sur la dimension technique et des relations établies. Ces partenaires doivent pouvoir les accompagner tout au long du processus de recrutement, tout en étant de réels ambassadeurs à même de les représenter sur le marché. »

 

Quels sont les profils en pénurie ?

Anthony Weemaels : « Un : ceux que l’entre-prise doit avoir en interne en raison de la réglementation. Il s’agit de profils réalisant les modèles mathématiques nécessaires au calcul du capital. Deux : les profils liés aux processus de digitalisation. Trois : ceux lié à la data, dans tous les sens du terme. Il s’agit aussi bien de personnes en charge de la gestion des données au niveau de la gouver-nance que de celles à même d’analyser ces données pour en dégager des tendances. »

 

La crise du Covid-19 a-t-elle impacté la GRH ?

A. J. : « Elle a accéléré certains processus de digitalisation et modifié la relation avec le client et le candidat. Les rencontres ayant été quasi impossibles, il a fallu immédia-tement mettre en place des processus tels que le homeworking, qui cependant eu des impacts positifs en termes de productivité. »

 

Comment voyez-vous l’avenir ?

A. W. : « Le secteur du recrutement est en pro-fonde mutation, notamment avec le dévelop-pement de réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn. En outre, l’émergence des plateformes digitales automatise une grande partie des processus. Malgré tout, on voit que la dimension humaine, essentielle pour les clients et candidats, reste bien présente. La capacité à créer des relations et le conseil resteront l’es-sence du métier de recruteur. Les outils digitaux permettront simplement de se concentrer sur les tâches à plus grande valeur ajoutée. »

 

Texte : Philippe Van Li pour le Business Guide (Supplément du Trends-Tendances), Media Planet, Juin 2020.