Présidentielle 2022: comparaison des programmes sur les thématiques liées à l’assurance

Présidentielle 2022 : Les propositions qui concernent l'assurance

Les douze candidats à l’élection présidentielle 2022.

Le premier tour de l’élection présidentielle approche à grand pas et oppose 12 candidats avec leurs programmes respectifs. En ce qui concerne le domaine de l’assurance, chacun a fait part de ses propositions sur les thématiques suivantes : la santé, la retraite, le droit de succession, l’assurance-vie, la fiscalité, la dépendance et autre.

1.  La retraite

Plusieurs candidats estiment qu’il ne faut pas modifier l’âge minimum de départ à la retraite. C’est le cas de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) qui ne souhaite pas y apporter de modifications ainsi qu’à la durée de cotisation. Il propose également une validation plus souple des trimestres pour les agriculteurs et envisage une ré-indexation des pensions de retraite et des salaires des fonctionnaires sur l’inflation. Yannick Jadot (Europe écologie Les Verts) ne souhaite également pas reporter l’âge légal de départ mais veut garantir un revenu au-dessus du seuil de pauvreté. Idem pour Jean Lassalle (Résistons) qui prévoit de maintenir l’âge actuel de départ à la retraite mais aussi Marine Le Pen (Rassemblement National). Quant à Anne Hidalgo (Parti Socialiste), elle propose de plafonner l’âge de la retraite à 62ans.

D’autres préfèrent rétablir ou avancer l’âge de départ à la retraite à 60 ans. Par exemple, Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière) défend cette idée dans son programme et souhaiterait aussi établir le minimum retraite à 2000 euros net par mois. Fabien Roussel  (Parti Communiste) veut rétablir la retraite à 60 ans à taux plein pour une carrière entamée à 18 ans. Jean-Luc Mélenchon  (La France Insoumise) veut fixer l’âge de départ également à 60 ans. Quant à Philippe Poutou (Nouveau Parti Anticapitaliste), la retraite devrait être fixée à 60 ans et même avancée à 55 ans pour les métiers pénibles avec un temps de cotisation de 37 annuités.

Enfin, plusieurs prétendants à la présidentielle favorisent plutôt un report de la date de départ. Le président Emmanuel Macron (En Marche) évoque un report de l’âge de départ à la retraite à 65 ans de manière progressive mais en tenant compte des carrières longues, de l’invalidité et de la difficulté des métiers. Valérie Pécresse  (Les Républicains) souhaite fixer l’âge légal aussi à 65 ans tandis qu’ Eric Zemmour (Reconquête)  voudrait le fixer à 64 ans.

2.  La santé

Concernant la thématique santé, Nicolas Dupont-Aignan (DLF) parle d’élargir les conditions d’accès à la CMU, la complémentaire santé solidaire pour les revenus modestes, pour les plus de 65 ans. Il prévoit également de supprimer la tarification à l’acte. Yannick Jadot  (EELV) souhaite aussi cette suppression. Idem pour Jean-Luc Mélenchon (LFI) qui en outre veut mettre en place le 100% Sécurité sociale et le remboursement du sport sur ordonnance par la Sécu. Marine Le Pen (RN) indique également l’abandon de la tarification à l’activité dans l’hôpital public mais veut réserver les allocations aux Français et lutter contre la fraude. Elle souhaite également la suppression des Agences régionales de santé.

Anne Hidalgo (PS) suggère la transformation de l’ONDAM (Objectif national de dépenses d’assurance maladie) en ONSP, à savoir des objectifs nationaux de santé publique. Elle veut faire de la santé mentale une grande cause et reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle. Aussi, elle suggère la mise en œuvre d’un plan de prévention et de prise en charge des maladies chroniques.

Le président Emmanuel Macron (LREM), évoque une meilleure coordination entre régimes obligatoires des AMO (assurance maladie obligatoire) et les OCAM (organisme complémentaire d’assurance maladie). Valérie Pécresse (LR) veut doubler les moyens alloués à la prévention en sollicitant notamment les complémentaires. Quant à Eric Zemmour (Reconquête) ; il parle de créer des services de proximité, d’urgence, de suivi et de prévention (maternité, chirurgie dentaire, ophtalmologie, dépistage).

Enfin, Philippe Poutou (NPA) évoque la gratuité des soins à 100% avec interdiction des dépassements d’honoraires, le remboursement total des soins et médicaments prescrits et la généralisation du tiers payant. Il parle également de la suppression des franchises et des forfaits hospitaliers. Fabien Roussel  (PC) défend les mêmes idées.

3.  Les droits de succession

En termes de droits de succession, Yannick Jadot (EELV) aspire à une exonération sur 100 000 euros tout au long de la vie. Sur ce même point Eric Zemmour (Reconquête) penche pour un montant de 200 000 euros. Marine Le Pen (RN) évoque une exonération du même montant mais tous les 10 ans pour les transmissions aux enfants et petits-enfants. De plus, elle s’oppose au droit de succession sur les biens immobiliers de moins de 300 000 euros.

Le président Emmanuel Macron (LREM) table sur l’augmentation de l’abattement à 150 000 euros pour les filiations directes tandis que Valérie Pécresse  (LR) veut l’augmenter à 200 000 euros. En outre, tous les deux souhaitent porter l’abattement à 100 000 euros pour les filiations indirectes.

Jean-Luc Mélenchon (LFI) veut augmenter les droits de succession pour les plus hauts patrimoines et plafonner les héritages à 12 millions d’euros. Quant à Fabien Roussel (PC), il penche pour l’exonération des successions en dessous de 118 000 euros.

Nicolas Dupont-Aignan (DLF) souhaite l’exonération des droits de succession sur la transmission des entreprises à hauteur de 90% de la valeur. Pour les agriculteurs, il veut exonérer ces droits sur les 100 premiers hectares.

Enfin, Anne Hidalgo (PS) parle d’exonération jusqu’à 300 000 euros et veut augmenter la fiscalité sur les successions supérieures à 2 millions d’euros.

4.  La dépendance

En matière de dépendance, Nathalie Arthaud (LO) veut instaurer un revenu familial pour les aidants. Jean Lassalle (Résistons) préconise la revalorisation du statut et le salaire des aidants et Valérie Pécresse (LR) veut leur attribuer un statut pour ouvrir le droit à l’aménagement du temps de travail.

À propos des congés, Fabien Roussel (PC) veut augmenter l’indemnité et la durée du congé des aidants tandis qu’Eric Zemmour souhaite indemniser les congés des proches aidants. Quant à Marine Le Pen (RN), elle prévoit d’augmenter la durée du congé des proches aidants de 3 à 12 mois et d’accorder une indemnisation spécifique de 300 euros mensuels aux aidants qui maintiennent la personne aidée à domicile. Aussi, elle veut agrandir le personnel médical dans les Ehpad.

Le président Emmanuel Macron (LREM) favorise le maintien à domicile des personnes âgées. Idem pour Nicolas Dupont-Aignan (DLF) qui en outre souhaite augmenter le plafond de l’APA, l’allocation personnalisée d’autonomie et plafonner les dépenses pour les familles. Il veut aussi renforcer la 5e branche dédiée à la dépendance.

5.  L’assurance vie

Concernant l’assurance vie, Jean-Luc Mélenchon (LFI) opte pour la suppression de la flat tax mise en place depuis 2018 par Macron, à savoir le prélèvement forfaitaire unique (PFU) appliqué lors de rachats effectués par le souscripteur de divers produits d’épargne comme par exemple un contrat d’assurance vie.

Quant à Nicolas Dupont-Aignan (DLF), il veut modifier la loi Sapin 2 afin d’attribuer une meilleure garantie de l’état sur les contrats d’assurance vie.

6.  La fiscalité

En termes de fiscalité, Valérie Pécresse (LR) favorise le développement de l’intéressement et la participation. Elle veut aussi maintenir le versement des primes défiscalisées. Fabien Roussel (PC) souhaite instaurer une contribution exceptionnelle sur les profits des compagnies d’assurances pour financer les dépenses liées à la Covid-19.

7.  Divers

Sur des thématiques diverses, 2 candidats ont des propositions distinctes.

Valérie Pécresse (Les Républicains) veut créer une garantie immobilière solidaire pour annuler les surprimes d’assurance en emprunteur.

Enfin, Fabien Roussel (PC) souhaite nationaliser l’entreprise AXA.

Sources:

News Assurance Pro, Présidentielle 2022 : Santé, retraite, épargne… comparez les programmes

L’Argus de l’assurance, Grande Sécu : Emmanuel Macron se prononce