Restez au courant de l’actualité marché – Été 2021

On résume pour vous toute l’actualité de ces 2 mois d’été.

Partenariats et rachats

Aon et Willis Towers Watson

Aon to pay Willis Towers Watson US$1bn as merger called offLe projet de fusion entre Aon et Willis Towers Watson a été un feuilleton à rebondissements. Les deux géants ont finalement renoncé à la fusion pendant l’été. Après de nombreux allers-retours entre les deux compagnies, l’annonce officielle en mars 2020, l’accord de l’Union Européenne qui a traîné en longueurs, l’obligation pour Willis de se séparer de Gras Savoye, la goutte d’eau qui semble avoir fait déborder le vase est la plainte déposée par le Ministère de la Justice Américain (“DOJ”) à la mi-juin. Leur crainte? Que la fusion élimine la concurrence, et par conséquent, génère une hausse des prix et ne réduise l’innovation. Le CEO d’Aon a estimé que le projet s’était retrouvé dans une impasse et il estime que “La position du ministère de la Justice ne tient pas compte du fait que [leurs] activités complémentaires opèrent dans de vastes domaines concurrentiels de l’économie. [Ils sont] convaincus que le rapprochement aurait accéléré [leur] capacité commune à innover pour le compte de [leurs]clients”.

Face à cette impasse, l’annulation du rapprochement a donc été décidé. Aon devra payer des frais de résiliation à Willis Towers Watson à hauteur d’un milliard de dollars.

 

Gallagher – Willis Re

Dans le cadre de la fusion Aon-WTW, Willis Towers Watson devait se séparer de Gras Savoye, qui avait été racheté en 2015 par Willis. Gallagher, un des plus gros courtiers américains, y avait vu l’opportunité de s’implémenter en Europe, et avait saisi l’opportunité en annonçant son intention de racheter Gras Savoye.

Seulement, voilà, la fusion étant annulé, WTW gardera le courtier dans son giron. Gallagher poursuit quand même ses projets d’acquisition puisqu’ils vont tout de même racheter les activités de courtage en réassurance du groupe Willis Towers Watson. Le nouvel accord signé entre Willis Re et Gallagher, dévoilé le vendredi 13 août dans un communiqué de presse, prévoit la cession de toutes les activités de courtage en réassurance dans le monde de Willis Towers Watson à Arthur J. Gallagher & Co pour un montant initial de 3,25 milliards  de dollars. Si Willis Re atteint certains objectifs en termes de chiffre d’affaires, un montant additionnel de 750 millions d’euros payable en cash en 2025 pourrait s’ajouter. L’opération devrait être finalisée au premier trimestre 2022, après avoir reçu l’aval des autorités réglementaires.

 

AXA

Le groupe français a cédé ses activités d’assurances à Singapour à HSBC pour un montant de 487 millions d’euros. La transaction devrait être finalisée pour le quatrième semestre de 2021. Cette cession intervient deux mois après la vente des activités d’assurance en Malaisie à Generali. Ces deux ventes s’inscrivent dans le cadre de la stratégie de simplification des activités d’AXA. Gordon Watson, CEO d’AXA Asie et Afrique a expliqué:  « Notre stratégie est aujourd’hui de mettre l’accent sur nos marchés principaux, qui disposent d’une taille critique, un mix d’activité centré sur nos segments cibles et un fort potentiel de croissance ».

En effet, en plus des activités à Singapour et en Malaisie, le groupe AXA a annoncé 12 autres cessions sur les quatre dernières années, à travers le monde. Elles ne sont pas encore toutes finalisées, puisque la vente d’AXA Banque Belgique à Crelan Banque est actuellement suspendue, et en attente de la validation de la BCE. La banque belge coopérative avait annoncé le rachat d’AXA Banque pour un montant de 540 millions d’euros il y a deux ans maintenant. La BCE exige cependant un plan financier plus robuste et plus de garanties. Affaire à suivre…

 

Generali – Vitality

En 2017 Generali France avait annoncé son partenariat avec Vitality, entreprise sud-africaine qui développe des programmes de prévention santé. Generali souhaitait casser les codes et proposer un produit innovant. Le résultat? Un produit d’assurance qui incite les salariés à être acteurs de leur santé via des programmes personnalisés de coaching, avec des récompenses à la clé. Ce lancement avait fait grincer des dents, relançant le débat sur l’assurance au comportement, et la ministre de la santé de l’époque, Marisol Touraine, avait soulever la question du droit d’accès des assureurs aux données santé de ses assurés.

Toute cette agitation n’a cependant pas empêché Generali de vendre son produit, et ce dernier a d’ailleurs annoncé la prolongation de son partenariat avec Vitality jusqu’en 2028. En 2018, Generali France comptait 2200 entreprises clientes de Generali Vitality, et l’assureur italien prépare déjà la vente de ce produit en Espagne, en Italie, en Pologne et en République Tchèque pour 2022.

 

Actualités

Catastrophes naturelles

Les images de l'incendie dans le Var, le plus gros en France cet été | Le HuffPostEntre les tempêtes hivernales dans l’est des États-Unis, le dôme de chaleur en Amérique du Nord, les inondations en Europe et en Chine, les feux de forêts un peu partout dans le monde et le tremblement de terre dans les Caraïbes… les catastrophes naturelles ne nous laissent pas de répit. Et s’il fallait en douter, ça n’ira pas en s’améliorant, d’après le récent rapport du Giec. Cette année, les catastrophes naturelles ont coûté la vie à 4500 personnes, et d’après les premiers rapports de Swiss Re, ce premier semestre à lui seul, a déjà généré pour 40 milliard de dollars de pertes assurées. C’est la facture climatique la plus élevées depuis 2011, année du tremblement de terre et du tsunami qui s’en est ensuivi sur les côtes japonaises (avec les conséquences à Fukushima que l’on connaît) et l’année n’est pas encore finie. Les incendies sont toujours en cours, la saison des cyclones n’est pas terminées, et l’hiver de fin d’année pourrait également amener des tempêtes (on se souvient tristement des tempêtes Martin, Lotar et Daria, intervenues en décembre 1999 en France). Cette année 2021 devrait donc tristement battre le record.

Au-delà des catastrophes écologiques et humanitaires, ces phénomènes météorologiques ont également un impact sur les assurés. Les assureurs devront être encore plus prudents dans la gestion de leurs risques climatiques, et une hausse des primes est d’ores et déjà attendue pour 2022. En effet, le CFO de Munich Re, Christoph Jurecka, ayant estimé les dégâts des inondations en Europe entre six et sept milliards d’euros, a expliqué: ” Il me semble raisonnable de penser que les inondations vont entraîner un certain rattrapage des prix en Europe, de sorte que les tarifs augmenteront plus que ce que nous avons vu dans le passé.”

 

Assurances voyages

Annulation de voyage à cause du Covid-19 : comment obtenir réparation ? | Dossier FamilialLeur métier étant de gérer les imprévus de leurs clients, les assureurs voyage se sont adaptés aux besoins des vacanciers. Entre les variants, les restrictions et conditions de circulations et les risques de tomber malade, cet été il y a une affluence de souscription des produits d’assurance couvrant les soins médicaux à l’étranger, les rapatriements ou encore les annulations de séjours. « Depuis quelques jours sur la France on voit une très forte augmentation de l’activité par rapport à nos prévisions, explique Francine Abgrall, directrice voyage chez Europ Assistance Group. Il y a beaucoup de gens qui se posent des questions sur le fait d’être couverts ou pas, qui se renseignent pour une annulation, des gens qui nous appellent pour trouver un endroit pour un test PCR pour revenir… »

Europ Assistance, comme ses concurrent, fait habituellement appel à des saisonniers pour répondre aux appels et demandes de leurs assurés pendant l’été, mais cette année, comme l’année précédente d’ailleurs, ça n’a pas été le cas en raison de la pandémie et des restrictions. Mais avec l’augmentation du nombre de souscriptions, les entreprises d’assistances vont devoir se réorganiser pour mobiliser leurs ressources là où elles en ont besoin.

L’année n’est pas encore fini, et il est encore tôt pour tirer des conclusions, mais pour l’instant, on est encore loin du niveau de 2019. « Nous avions prévu une saison proche de 2019 avec seulement 15 à 20 % en moins d’activité », explique Emmanuel Legeron. En 2020, l’activité avait diminué jusqu’à 40 %, par rapport à l’été précédent sur l’activité rapatriements, couvertures des soins, etc. Cependant « la crise sanitaire a entraîné pour les vacances 2021 une augmentation de 10 à 20 points du taux de souscription de l’assurance voyage par rapport à 2019 ». Un bilan en demi-teinte donc, à voir comment les choses évoluent d’ici la fin d’année.

 

Assurtech et levées de fonds

Lovys

Lovys est une assurtech française, multimarché, qui propose des produits habitation, biens, auto, chient/chat, emprunteur et téléphone, le tout, 100% en ligne. L’entreprise se targue d’une solution rapide, transparente, simple et personnalisée. Fondée en 2017, la start-up avait annoncé  en début d’année un tour de table qui lui avait permis de lever dix-sept millions d’euros en série A, ce qui la faisait rentrer dans les dix assurtechs françaises les mieux financées. Cet été, Lovys a annoncé bénéficier de deux nouveaux investisseurs: Adevinta Ventures, fonds norvégien, notamment connu pour son implication dans LeBonCoin, et MS&AD Ventures, connus pour sa participation à Hippo Insurance, assurtech habitation américaine, cotée en bourse depuis cette année. Ces nouveaux investissements vont permettre à Lovys de s’implanter sur deux nouveaux marchés: l’Espagne et le Portugal.

Lovys revendique une croissance de 70% de ses ventes quotidiennes sur le premier trimestre 2021 par rapport au dernier trimestre de 2020, tout en anticipant une hausse continue de son volume de nouveaux contrats d’ici fin 2021.

 

Coverd

Coverd est une assurtech française qui se spécialise dans l’assurance des téléphones mobiles et autres appareils électroniques. Fondée en 2019, l’assureur affinitaire compte aujourd’hui 9 employés et propose des couvertures contre le vol, la casse, l’oxydation, les composants cassés et les batteries en fin de vie. Les primes allant de 2,90€ à 19,90€ par mois selon les types d’appareils, neufs, d’occasions, reconditionnés… L’assureur français ne propose pas de dédommagement mais la réparation de l’appareil, et quand cela n’est pas possible, le téléphone est remplacé avec le même modèle. Pour ce faire, Coverd a récemment signer un accord avec Wefix by Fnac, une marque du groupe Fnac-Darty, qui propose les réparations des appareils électroniques en une heure, dans leurs différents points de vente.

 

 

Sources