Restez au courant – Mars 2022

On résume pour vous toute l’actualité de ce mois de mars mouvementé.

Rachats et changement d’identité

Euler Hermes devient Allianz Trade

new logo of Allianz Trade

Euler Hermes a décidé de changer d’identité. Le leadeur de l’assurance crédit, sous le giron du groupe Allianz depuis 2018, est rebaptisé Allianz Trade. «Nous sommes convaincus que ce changement apportera de nombreux bénéfices en matière de notoriété, de développement de l’activité, de croissance et d’innovation. Allianz Trade est une entreprise unique, orientée data et technologie, dont nous sommes très fiers», a fait savoir Chris Townsend, membre du board of management d’Allianz SE.

Ce changement accompagne le plan stratégique horizon 2025 reposant sur 3 piliers : renforcement du leadership sur les activités principales, développement sur les lignes d’activité à fort potentiel (cautions, garanties, solutions de spécialités) et développement du positionnement plus général sur le commerce B2B en ligne.

 

Monk

Logo de Monk et d'ACV

Monk, assurtech française fondée en 2019, a développé une technologie basée sur l’IA permettant l’automatisation de la détection des dommages sur les véhicules. «Cela nous paraissait être un non-sens de ne pas être à même d’estimer un dommage en auto de nos jours», a souligné à l’Argus Aboubakr Laraki, cofondateur de Monk avec Fayçal Slaoui.

Un peu plus de 2 ans après sa création, l’assurtech a annoncé son rachat par une marketplace américaine : ACV. Spécialiste de la digitalisation des enchères automobiles à destination des concessionnaires existe depuis 2014 et a généré un chiffre d’affaire de 358,4 millions de $ pour 2021. L’acquisition de Monk leur permettra d’élargir la gamme des services proposés. Monk restera en France et Iris Capital, son principal investisseur, a fait savoir que « par rapport aux fonds levés à ce jour, ce rachat constitue un très beau multiple pour une société très jeune rachetée par un groupe tech coté qui va surtout lui laisser son indépendance et sa localisation ».

 

CNP Assurances X Mediterráneo Vida

CNP Assurances a annoncé avoir entamé les discussions avec Mediterráneo Vida concernant la cession de sa filiale espagnole CNP Partners. « CNP Partners est une compagnie d’assurance vie qui se consacre principalement aux produits d’épargne traditionnelle en Espagne et en Italie en modèle ouvert », a indiqué CNP Assurances dans un communiqué. Pour l’année 2021 le chiffre d’affaires de CNP Partners représentait 0,75% du chiffre d’affaires total du groupe. « Cette cession envisagée a pour objectif de rationaliser les opérations européennes de CNP Assurances [tout en continuant à] développer son activité en protection (emprunteur et prévoyance) sur le marché espagnol par l’intermédiaire de ses succursales », a-t-il précisé.

 

Berkshire Hathaway rachète Alleghany

Portrait de Warren Buffett

Warren Buffett, CEO de Berkshire Hathaway

Berkshire Hathaway est la holding de Warren Buffett, et détient notamment Berkshire Hathaway Specialty Insurance, assureur spécialisé dans les grands risques. Le groupe a annoncé ce 21 mars l’acquisition d’Alleghany, holding d’assurance dont les filiales distribuent des assurances habitation et dommage, pour un montant total de 11,6 milliards de US$. « Berkshire est parfait pour devenir la nouvelle maison d’Alleghany, une entreprise que je suis de près depuis 60 ans », a indiqué Warren Buffett, le PDG de Berkshire Hathaway.

 

Optimind rachète Altiad

nouveau logo Optimind Altiad

Le cabinet de conseil Optimind a annoncé ce 29 mars 2022 l’acquisition d’Altiad pour renforcer sa practice Risk Management. Créé en 2007, Altiad est un cabinet de conseil qui accompagne principalement les fonctions transversales Risques & Finance et les fonctions métiers des marchés de capitaux auprès du secteur bancaire. Avec l’intégration d’Altiad au sein de sa practice Risk Management, Optimind renforce et complète son offre en constituant une équipe de 75 consultants experts capables d’apporter un accompagnement global (conseil/intégration/maîtrise) sur l’ensemble des typologies de risques des grandes entreprises, autour de 4 piliers clefs : Risques & Contrôles, Conformité, SI Gestion Risques & Finance, Data & Cybersécurité.
« C’est avec émotion, fierté et ambition que nous rejoignons l’équipe Optimind. Nous sommes très heureux, pour Altiad et pour nos clients, d’élargir nos horizons, de continuer ensemble à écrire une belle histoire, grandir et faire grandir », précise Benoît Sommier.
« Après le rapprochement avec Agora Partners en septembre 2021, l’arrivée d’Altiad vient consolider et asseoir notre positionnement leader de marché en proposant une offre de conseil à 360° dédiée à la gestion des risques. C’est avec plaisir et fierté que je souhaite la bienvenue aux collaborateurs d’Altiad », déclare Christophe Eberlé, CEO et fondateur d’Optimind.

 

Changements stratégiques

MMJ sort d’AG2R La Mondiale

L’assemblée générale de la Mutuelle des Métiers de la Justice (MMJ) a voté à l’unanimité la sortie du groupe AG2R La Mondiale ce 23 mars 2022. L’ACPR doit encore valider cette séparation. L’assemblée générale de la mutuelle sera amenée à s’exprimer à nouveau le 11 mai prochain sur l’entrée en discussions de la MMJ avec un nouveau groupe dont le nom n’est pas encore connu.
C’est la réforme de la protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique qui a précipité la sortie de la MMJ du groupe.

 

AXA SA absorbe AXA Global Re

Le groupe AXA a annoncé un changement stratégique dans sa structure, poursuivant sa volonté de simplification de la structure. En effet, le groupe compte transformer sa holding AXA SA en réassureur interne du groupe. AXA SA devrait absorber AXA Global Re qui centralise pour le moment les fonctions de réassurance interne du groupe AXA (hors AXA XL). La filiale compte aujourd’hui 170 collaborateurs, et pour 2020 affichait un chiffre d’affaires de 2,3 milliards d’€, réassurant une soixantaine d’entités du groupe dans le monde.
Cette opération faisant d’AXA SA un réassureur agréé doit encore être validée par l’ACPR. Elle devrait être finalisée d’ici juin 2022 avec un effet rétroactif au 1er janvier 2022 pour les nouveaux traités de réassurance.
En plus de la simplification de sa structure AXA espère « obtenir deux milliards d’euros de trésorerie supplémentaire de cette transformation d’ici à 2026 au niveau d’Axa SA, dont un milliard d’euros supplémentaires d’ici à 2023, comprenant un impact positif exceptionnel résultant de la fusion d’Axa SA avec Axa Global Re et une accélération de la remontée de trésorerie ».
Cette opération « diversifierait les flux de trésorerie de la société holding avec des primes de réassurance supplémentaires, en plus des dividendes existants versés par les filiales. Moody’s considère cette diversification accrue comme positive pour le profil de crédit de la holding », souligne l’agence de notation.

 

Législation

Risques cyber

Image système hacked

(Shutterstock)

Début juillet 2021 l’Etat avait lancé un groupe de travail et une consultation publique sur le sujet épineux des assurances cyber. Le but ? Encadrer la transition numérique des forces de l’ordre et structurer la stratégie de lutte contre les cyberattaques. De plus Valeria Faure-Muntian, députée de la Loire et présidente du groupe d’études assurances de l’Assemblée nationale, a présenté en octobre 2021 un rapport sur la cyberassurance, et le Haut Comité juridique de la place financière de Paris, a remis début 2022 un rapport sur le même sujet.
Ces recherches préalables ont permis au ministère de l’Intérieur de définir 13 mesures pour le volet cybersécurité du projet de loi d’orientation et de programmation (LOPMI). Ce qu’il faut retenir ? Que le ministère souhaite, sous certaines conditions, NE PAS interdire le paiement des rançons aux assureurs mais également mieux l’encadrer. Ce débat clivant, dont nous vous parlions au mois de mai, risque donc d’être relancé. Payer ou non la rançon, telle est la question.

 

Assurance agricole

un tracteur répand des produits sur un champ

(Istockphoto)

Ce jeudi 3 mars la loi réformant l’assurance récolte a été promulguée et publiée au Journal Officiel. Cette réforme, promesse de campagne d’Emmanuel Macron, dont nous vous avions parlé en décembre et en octobre 2021, vise à faire rentrer 70 000 à 80 000 agriculteurs supplémentaires dans le camp des assurés.

L’Argus de l’Assurance a parfaitement résumé cette nouvelle loi :
Elle acte tout d’abord “au 1er janvier 2023 la création d’un système universel à trois étages, qui a vocation à permettre à tous les agriculteurs qui le souhaitent d’être assurés et abolit la distinction entre cultures assurables et non assurables faite aujourd’hui par le régime des calamités. Jusqu’à 20 % de pertes, l’agriculteur s’auto-assurera via sa trésorerie ; ensuite, l’assurance privée prendra en charge jusqu’à un certain seuil, qui sera défini ultérieurement par un décret du gouvernement (et pourra varier selon les cultures) ; puis, au-delà de ce seuil de pertes «exceptionnelles», le fonds de solidarité nationale (qui remplacera le fonds des calamités) interviendra pour toutes les cultures, qu’elles soient assurées ou non. Dans ce nouveau système, les exploitants ayant fait l’effort de s’assurer seront deux fois mieux pris en charge par la solidarité nationale que ceux qui ne sont pas assurés. Les sénateurs ont, par ailleurs, complété le texte en modulant les aides à l’installation des jeunes agriculteurs en fonction de la souscription d’une assurance récolte. Une mesure qui figure dans la loi promulguée ce 3 mars.”

De plus, la loi laisse également la possibilité au gouvernement de publier une ordonnance pour créer un pool d’assureurs qui prendrait la forme d’un GIE. Cette idée, poussée par Groupama, et calquée sur l’exemple espagnol Agroseguro, permettrait d’encourager une meilleure mutualisation des risques. Les assureurs souhaitant distribuer de l’assurance agricole en France devront obligatoirement adhérer à ce pool. Des voix s’élèvent contre ce projet de pool, beaucoup de points restent à éclaircir, et l’ordonnance devrait être prise dans un délai de 6 mois. D’ici là, les élections présidentielles seront passées, et cela pourrait redistribuer les cartes.
La loi promulguée ce 3 mars sanctuarise aussi le budget qui sera alloué par l’Etat pour accompagner cette réforme : 600M€ par an de 2023 à 2030.

 

Luko

Très présente dans les actualités ce mois-ci, nous nous devons de dédiée une section entière à l’assurtech française!

Luko X Unkle

présentation des services de Luko

Luko a le vent en poupe ! En janvier l’assurtech française spécialisée dans l’assurance habitation en ligne, annonçait l’acquisition de Coya, assurtech berlinoise. Coya, porteuse de ses risques a permis à Luko de disposer d’un agrément européen, et de passer la barre de 300 000 assurés. A peine 2 mois plus tard, Luko annonce l’acquisition d’Unkle, dont nous vous parlions en janvier à l’occasion de sa levée de fonds de 10 millions d’€. Lancée en 2019, cette assurtech se spécialise dans les garantie de loyers impayés, et revendique 20 000 clients.

L’intégration au groupe Luko, permettra à Unkle de viser les 100 000 clients et 3 500 agences partenaires d’ici à 2023. La structure garde son nom et conserve ses dirigeants (Matthieu Luneau et Cédric Baulme) et prévoit même de passer de 30 à 80 collaborateurs. Pour Luko, l’opération lui permet d’élargir les produits et services fournis à ses clients tout en accédant à de nouveaux clients et canaux de distributions, comme les professionnels du secteur immobilier.

 

Achat groupé en MRH

Le projet d’achat groupé d’assurance habitation lancé en janvier 2022 par le comparateur Sélectra et Familles de France avance. Les 2 organismes partenaires ont fait leur choix : ce sera Luko !
Sélectra et Familles de France ont lancé un appel aux inscriptions pour l’assurance habitation, à la suite de quoi des particuliers se sont préinscrits. Un appel d’offre a ensuite été ouverts aux assureurs, qui sont allés de leurs propositions. L’objectif ? Réduire la prime d’assurance habitation pour les participants tout en négociant au mieux les garanties et couvertures. En effet, d’après les informations France Assureurs et de l’INSEE, le prix moyen de l’assurance habitation a augmenter de 34% entre 2008 et 2017 ! Une tendance qui « va certainement s’accentuer en 2022 suite à la multiplication et la gravité des évènements climatiques, qui dérèglent l’équilibre entre perception des cotisations et paiement des sinistres pour les assureurs » d’après Sélectra et Familles de France.

Au final plus de 10 000 personnes se sont préinscrites à cet achat groupé, et les 2 organismes ont reçus les appels d’offres. C’est donc Luko qui a remporté le contrat, ils proposaient 3 mois offerts sur le contrat, avec un an d’engagement, la mise à disposition de deux formules dédiées (une d’entrée de gamme, une deuxième plus couvrante) et, au-delà de l’argument tarifaire, le fait que la gestion de sinistres soit menée en France et de manière plus rapide (les deux partenaires estiment que Luko indemnise ses clients sous 15 jours en moyenne, contre 30 jours en moyenne chez les principaux assureurs du marché). Les préinscrits vont recevoir cette proposition de contrat et auront le choix de la signer ou non.

C’est le 2ème achat groupé dans l’assurance, après une offre en santé en 2020 (également remportée par une assurtech : Kovers) et on attend le résultat de l’appel d’offre lancé par la Mairie de Paris en octobre 2021, également pour l’habitation.

 

Novélia

Novélia, courtier grossiste filiale du Crédit Mutuel Arkéa, a lancé une nouvelle offre habitation, présentée à son réseau de 5 000 courtiers et agents. Cette offre est faite en partenariat avec Luko et est entièrement digitale et sans engagement.

«Aujourd’hui, Novélia est le seul courtier grossiste à offrir à ses partenaires, l’assurance habitation Luko. Nous sommes fiers de pouvoir proposer une offre innovante et différenciante à notre réseau», résume le directeur commercial de Novélia Hervé Coignard.

 

Sources :